Les musiciens du Régent Philippe d’Orléans (avec l’Ensemble Pulcinella et les Pages du CMBV) - NEWDEAL2018

Ensembles
Pulcinella
Interprète principal
Olivier SCHNEEBELI
Durée totale
00:00
NOTES D'INTENTIONS : Depuis plusieurs années, Pulcinella travaille en collaboration avec le CMBV, et notamment les Pages et Chantres, dirigés par Olivier Schneebeli. C’est donc tout naturellement que les deux structures se sont retrouvées pour mener à bien la création de ce nouveau programme. Le CMBV possède un large fonds de partitions du répertoire français de la Régence, dont une partie importante reste à ce jour inédite ou très peu jouée. Notre objectif est, avec ce projet, de contribuer à la redécouverte et la mise en valeur de ce patrimoine oublié, à travers la recherche musicologique, musicale et esthétique, notamment sur l’interprétation de ces genres musicaux. « On est frappé par l'effervescence artistique, l'émulation entre des compositeurs qui, à l’orée du XVIIIe siècle, vont rivaliser d'inventivité, pour beaucoup encouragés et placés sous la protection du Régent Philippe d'Orléans – lui-même compositeur et peintre. Cette période charnière cristallise à Versailles des querelles passionnées et souvent virulentes entre partisans du style français et défenseurs de la musique italienne (alors même que les deux influences sont souvent notables dans une même œuvre), et entre deux familles d'instruments : la famille des violes et celle des violons, suscitant même l'écriture de pamphlets hauts en couleurs. Tandis que le vieux Roi, sous l’influence de Madame de Maintenon, se désintéresse de plus en plus des spectacles d’opéras et des manifestations mondaines de la musique, le Palais-Royal, à Paris, devient le centre de la création artistique. Grâce à la passion généreuse du futur Régent, tous les représentants du renouveau musical dans notre pays y font entendre leurs œuvres. L'essor du petit motet, né dès le début du XVIIe siècle, doit beaucoup aux musiciens protégés par Philippe d'Orléans : jusqu'à la fin du grand siècle, Charpentier développe déjà un style à la croisée des influences italiennes et françaises. Ces courtes pièces pour ensemble de chambre et chœur, d'une diffusion plus facile que le genre du grand motet pour chœur, solistes et orchestre, permettent cependant aux compositeurs d'explorer une écriture dramatique intense. Le texte des psaumes est ainsi porté par une rhétorique puissamment expressive à chaque moment liturgique de l'année. Des musiciens comme Campra ou Morin soutenus par Philippe d'Orléans, futur régent, contribuent en ce début de XVIIIe siècle à lui conférer ses titres de noblesse. C'est cette atmosphère de création et d'ébullition que nous souhaitons retrouver et partager. » O. GAILLARD ------------------------------------------------------------------------------------------------ « Philippe d’Orléans, le Fils de Monsieur Frère du Roi Louis XIV, a de qui tenir. Son grand-père, Louis XIII, comme lui était un passionné de musique, qui quotidiennement s’adonnait avec ses favoris à ce qui fut, avec la chasse, son passe-temps préféré. On sait à quel point son oncle s’est servi de la musique, et des beaux-arts en général, comme d’une machine de guerre susceptible d’étendre sa suprématie sur toute l’Europe. Avec Lully d’abord, puis, dans une moindre mesure avec Lalande, le second Surintendant de son règne, Louis XIV impose le style français en musique. Son neveu Philippe, lui, cultive plus loin encore sa passion musicale, puisque lui aussi se mettra à composer (à ce sujet, il serait intéressant de faire entendre un jour son opéra Penthée). Les plus talentueux artistes de la « jeune génération » lui auront servi de Maîtres de Composition : parmi eux Charpentier, Campra, Gervais, etc. Avec un flair sans faille, le jeune prince saura, comme l’a fait son oncle au début de son règne, mettre sur le devant de la scène les représentants d’un nouvel art musical volontiers teinté d’italianisme et qui pour autant ne renie pas son génie propre : ce sera la naissance des « Goûts réunis », si chers à François Couperin. Si Marc-Antoine Charpentier, si André Campra commencent à être bien connus, beaucoup d’autres jeunes prodiges protégés par le Régent restent à découvrir, notamment ce Jean- Baptiste Morin, dont les Pages se proposent de faire entendre deux superbes motets qui n’ont nullement à rougir face aux chefs-d’oeuvre de Charpentier et à ceux de l’Aixois devenu le plus parisien de tous les compositeurs de cette fin de règne, grâce à l’appui de ce jeune prince artiste et fervent protecteur des arts. » O. SCHNEEBELI --------------------------------------------------------------------------------------------------- LE PROGRAMME : Charpentier, Sonate à 8 Charpentier, Sola vivebat Clérambault, Symphonie à 5 Campra, Tota pulchra es Morin, Parce mihi Domine Clérambault, Sonate La Magnifique Mascitti, Sonate à 7 Morin, Lauda Jerusalem --------------------------------------------------------------------------------------- EFFECTIF // Pulcinella (direction artistique : Ophélie Gaillard) : 9 musiciens (2 violons, 1 viole, 1 violoncelle, 1 violone, 2 Flûtes, 1 théorbe, 1 clavecin/orgue) Les Pages du CMBV (direction : Olivier Schneebeli) : 20 enfants à voix égales ------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES DATES : 17 décembre 2017 : Nieul-sur-l'Autise 19 janvier 2018 : Chapelle Royale de Versailles 20 janvier 2018 : Théâtre de la Barbacane de Beynes 24 juin 2018 : Château de Vincennes 11 juillet 2018 : Palais du Thau de Reims
Depuis plusieurs années, Pulcinella travaille en collaboration avec le CMBV, et notamment les Pages et Chantres, dirigés par Olivier Schneebeli. C’est donc tout naturellement que les deux structures se sont retrouvées pour mener à bien la création de ce nouveau programme. Le CMBV possède un large fonds de partitions du répertoire français de la Régence, dont une partie importante reste à ce jour inédite ou très peu jouée. Notre objectif est, avec ce projet, de contribuer à la redécouverte et la mise en valeur de ce patrimoine oublié, à travers la recherche musicologique, musicale et esthétique, notamment sur l’interprétation de ces genres musicaux.