CHANTS D'EXIL - NEWDEAL 2019

Chants d’exils
chansons médiévales et traditionnelles

Obsidienne, ensemble vocal et instrumental
Direction Emmanuel Bonnardot

Florence Jacquemart chant, flûtes, cornemuses
Hélène Moreau chant, psaltérion, percussions
Emmanuel Bonnardot chant, vièle, rebec, citole, crwth
Pierre Bourhis, chant,
Ludovic Montet chant, tympanon, percussions

Ce programme a été créé en février 2018 à La Folle Journée de Nantes et repris à La Folle Journée de Tokyo en mai 2018.

Certaines traditions conservent langue et musique de leur départ depuis des siècles, comme les chansons séfarades ! Exil volontaire, forcé ou involontaire, se traduit au Moyen Age en chansons de croisade (Thibaut de Navarre), d’emprisonnement (Richard cœur de Lion, Charles d’Orléans), de couvent (la chanson de toile, Belle Doette), de pèlerinage (llivre vermell de Montserrat), de mort (mort j’appelle de ta rigueur, François Villon) ou de résurrection (miracles de Gautier de Coinci et d’Alfonso el Sabio) ou enfin d’amour (Tristan et Iseut) ... Dans sa chanson « les oisillons de mon pays » le trouvère champenois Gace Brulé se plaint de son exil en Bretagne : « Je ne hais rien tant que le jour, ami, qui de vous me sépare » ... Les errances de Tristan et Iseut ne sont pas loin. Entre répertoire médiéval et traditionnel Obsidienne explore, à travers le répertoire européen, ces routes, ces iles, ces exils qui engendrent parfois la mélancolie mais sont aussi l’espoir d’un monde nouveau (Don Quichotte n’a-t-il pas promis à Sancho Pansa une ile de rêve !), d’une métamorphose ou d’un retour joyeux et attendu, « Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage (Du Bellay) ... ».


Songs of exile
Medieval and traditional songs

Obsidienne, vocal and instrumental ensemble
direction Emmanuel Bonnardot
Florence Jacquemart flutes and pipes
Hélène Moreau voice, psaltery, percussion
Emmanuel Bonnardot voice, fiddle, rebec, citole, crwth
Pierre Bourhis voice, reciter (in English)
Ludovic Montet voice, dulcimer, percussion

Some traditions preserve their language and music, even after centuries like Sephardic culture!

Voluntary, forced or involuntary exile is translated in the Middle Ages into songs of crusade (Thibaut de Navarre), imprisonment (Richard the Lionheart, Charles of Orleans), convent (the « chanson de toile » Belle Doette), pilgrimage ( llibre Vermell de Montserrat), of death (« mort j’appelle de ta rigueur » of François Villon) or of resurrection (miracles of Gautier de Coinci and Alfonso el Sabio) and of love (Tristan and Iseut) ...

In his song « les oisillons de mon pays », the trouvere Gace Brulé, a native of Champagne, complains about his exile in Brittany: Je ne hais rien tant que le jour, ami, qui de vous me sépare ... This brings to mind the wanderings of Tristan and Iseut.

Between medieval and traditional repertoire Obsidienne explores these roads, these islands, these exiles which sometimes breed melancholy but are also the hope of a new world (Didn’t Don Quixote promise Sancho Pansa a dream island ?), a metamorphosis or a happy and expected return ...

Entre répertoire médiéval et traditionnel Obsidienne explore, à travers le répertoire européen, ces routes, ces îles, ces exils qui engendrent parfois la mélancolie mais sont aussi l’espoir d’un monde nouveau.